Beauté Chez Zeryeb Culture

La notion de  Beauté à travers les cultures

Spread the love

Les critères de beauté sont loin d’être les mêmes d’une culture à l’autre, ils varient même beaucoup.  Ce qui est considéré « beau » selon une culture, peut même être « laid » selon une autre ! Découvrons ensemble les critères de beauté à travers les continents…

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Pourquoi les normes de « Beauté » se sont uniformisées Aujourd’hui ?

La vision de la beauté est quelque chose qui varie selon la personnalité, les principes et les goûts de chacun. Cependant, de nos jours les médias forgent une image bien précise de la beauté, ce qui crée une mondialisation des normes de beauté, notamment occidentales.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

La mondialisation culturelle indique généralement le processus d’enchevêtrement croissant des cultures. Par « culture », les ethnologues entendent « les idées du vrai, du beau, du juste, et de l’efficient, spécifiques à une communauté ». Ces idées sont culturelles dès lors qu’elles sont habituelles et inculquées socialement, et qu’elles sont caractéristiques d’une manière particulière de vivre. Elle est le produit de l’uniformité mêlée à la diversité. D’un côté, le globe-trotter regrette que les cultures locales se ressemblent de plus en plus, d’un autre côté, chacun peut observer dans sa ville que la culture locale est de plus en plus hétérogène.

Aujourd’hui, la beauté occidentale est un modèle très souvent stéréotypé, utilisé pour étiqueter une image idéaliste d’une femme blanche, mince, longiligne et féminine. Celle-ci se diffuse dans la vie quotidienne des femmes, que cela soit en Europe, en Asie comme en Afrique. Il est vrai que cette obsession du corps « idéal » influence notre idée de la beauté. Rares sont les femmes qui se trouvent « belles ». Lorsqu’on leur demande de choisir l’adjectif qui définit le mieux leur apparence, plus de la moitié des femmes choisissent des adjectifs neutres : 31 % se décrivent comme « naturelle », 25 % comme « dans la moyenne» et 2 % seulement se décrivent comme « belles ». Dans l’ensemble, les adjectifs positifs « belle, jolie, séduisante, sexy, mignonne » sont choisis par une femme sur quatre seulement, et à peine 17 % des femmes sont prêtes à se décrire comme « belles ». Enfin, près d’une femme sur deux soit 47% se trouve grosse !

Plusieurs modes de diffusion sont en effet, présents dans la vie quotidienne tel que la presse qui est un outil de diffusion de cet idéal occidentale dans le monde. On peut en déduire que les conseils donnés par cette dernière provoquent un sentiment de complexe, et donc une envie de vouloir changer pour être plus belle, pour être comme les autres. On remarque donc que le désir d’uniformité est présent dans chaque geste des femmes. L’uniformisation des canons de la beauté est le plus souvent imputée à l’influence des mass medias. Dans une enquête récente, 68 % des répondantes sont fortement d’accord avec l’idée que « les médias et la publicité ont défini des standards tellement irréalistes que la plupart des femmes ne pourront jamais les atteindre ». Pour cette raison, les trois quarts des femmes interrogées souhaitent que les médias mettent un peu moins l’accent sur le physique et fassent plus de place à des femmes qui ressemblent davantage aux « gens du quotidien ».

Les cosmétiques favorisent eux aussi la diffusion du modèle dit « occidental ». Effectivement, les produits de beauté sont un phénomène universel. Ils permettent la croissance et l’atteinte de l’objectif des femmes : ressembler de plus en plus aux canons de beauté. La chirurgie esthétique connaît  aussi  un succès important. Ainsi, une obsession pour la culture de l’ouest se développe. Envieuses du physique occidental, certaines n’hésitent pas à passer sous le bistouri. En effet, la Chine se placerait deuxième dans le classement des pays consommateurs de chirurgie esthétique, devant le Brésil, localisée particulièrement dans les mégalopoles de Pékin et de Shanghai. Des opérations tout aussi insolites que terrifiantes : débridage des yeux, rallongement du nez. Toutes les quinze minutes, un débridage des yeux est réalisé en Chine et la clientèle est à 90% féminine !

Vous l’avez compris, la « mondialisation » de la beauté a crée un stéréotype impossible à atteindre et a fait oublier aux femmes leurs origines et toute la beauté de leurs cultures respectives.

Les standards de beauté à travers les continents

Brésil

Une chevelure de rêve, un corps de déesse, une peau dorée… Prendre soin de son corps et renvoyer une belle image sont en quelques sortes une forme de politesse envers les autres. La plage à quelques kilomètres de chez elles, les Brésiliennes ne peuvent pas négliger l’épilation. Les poils sont traqués à la loupe, et l’épilation du maillot devient un rituel quotidien pour les femmes Brésiliennes. Aucune partie du corps n’est négligée : toutes les semaines, les Brésiliennes se rendent dans un institut de beauté pour se faire une « faxina ». Un réel moment de détente et de soin avec au programme : une manucure, un soin  pour les cheveux nourrissant à base d’huile de jojoba ou de noix de macadamia, et pour finir un massage du corps. A adopter sans hésitation !

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Japon

Les Japonaises sont obsédées par le soin de leur peau : en moyenne une femme japonaise utilise 16 à 18 produits de beauté par jour. Avant d’obtenir un teint de porcelaine parfait, les japonaises passent par la case « nettoyage de la peau » : le fameux layering. Un rituel beauté quotidien et indispensable qui permet de bien nettoyer et préparer sa peau avant le maquillage, en appliquant des couches successives de produits de beauté et de soins. La peau est prête, on passe alors au teint qui reste clair et uniforme. Le teint de porcelaine, synonyme de pureté en Asie, illumine le visage et leur donne bonne mine, et ça les Japonaises en raffolent.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Chine

Soucieuses de leur bien-être, les femmes chinoises prennent très au sérieux le soin de leur peau. Non seulement elles utilisent des crèmes et lotions adaptées à leur type de peau, mais au moment de les appliquer, elles ont recours à des gestes de massages traditionnels. Tout en appliquant les produits sur le visage, elles font pénétrer la crème en tamponnant délicatement leurs joues, front et menton avec les paumes. Avec ses gestes, les femmes chinoises chassent leur fatigue accumulée dans la journée, tonifient leur peau et évacuent les tensions au niveau des nerfs des mâchoires.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Corée

En Corée du sud, les femmes sont accros à la perfection. Nez, yeux, front tout y passe. La chirurgie esthétique est très pratiquée en Asie et surtout en Corée du sud. Cela fait un an qu’une nouvelle  tendance fait le buzz dans leur pays : l’opération du menton pour obtenir un visage en forme de cœur. Les jeunes femmes coréennes veulent à tous prix avoir un visage comme ceux des femmes occidentales ou caucasiennes. L’uniformisation de la beauté ne leur fait apparemment pas peur, dans un pays où la chirurgie esthétique est devenue un geste banal !

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Inde

Les Indiennes misent tout sur un teint clair et lumineux. En Inde, le climat chaud et humide les oblige à alterner entre crèmes matifiantes et soins éclaircissants. Une fois par semaine, elles appliquent des préparations maison, en quelques sortes des recettes de grand-mère qui rehaussent l’éclat de leur teint et le dorent. Voici un exemple de préparation : un mélange de jus de citron, de miel et de curcuma. Soucieuses de leur bien-être intérieur et extérieur, les Indiennes sont des adeptes de l’ayurveda. Une des plus anciennes médecines traditionnelles du monde, qui consiste à adopter de bons gestes beauté en utilisant les plantes correspondant à son caractère et état d’esprit.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Afrique

Les Africaines passent la plupart du temps dehors. Entre le soleil, la chaleur et les agressions extérieures, la peau et les cheveux des femmes sont vite déshydratés. Par chance, le continent africain regorge d’ingrédients nourrissants comme le karité, le beurre de cacao ou encore l’huile de palme. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Au Maroc, on ne se lasse pas des massages à base d’huile d’argan, à la fois nourrissante et au pouvoir rajeunissant. Résultat, la peau est plus douce, assouplie et satinée. Côté cheveux, on use et abuse des bienfaits du beurre de karité en tant que masque pour une chevelure nourrie et assouplie.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Etats-Unis

Une belle manucure et des dents blanches, ce sont ces deux rituels beauté qui arrivent en tête aux Etats-Unis. Pas une semaine ne passe sans prendre soin de ses ongles ! On connait tous le sourire ultra bright des stars. Les Américaines n’hésitent pas à abuser (avec modération) du blanchissement des dents et des soins d’orthodontie. Autre nouvelle obsession : fesses bombées et petits seins. Depuis quelques années, aux Etats-Unis, la demande  d’implants fessiers a augmentée de 86 % au profit des implants mammaires !

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

Les rituels beauté insolites dans le monde

En Chine pendant plusieurs siècles, les femmes ont dû se bander les pieds pour empêcher leur croissance. Plus une femme avait de petits pieds, plus elle était estimée belle et elle avait ainsi plus de chance de se trouver un conjoint. Même si cette pratique a été abolie en 1912, les pieds sont restés encore aujourd’hui pour les Chinois une des parties les plus importantes et les plus vénérées du corps.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture

 lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-cultureEn Birmanie, dans certains villages, pour qu’une femme réponde aux critères de beauté, elle doit avoir un long cou. Alors elles s’étirent le cou avec des anneaux en laiton. Plus leur cou est long, plus elles sont estimées par les hommes. Ces femmes peuvent étirer leur cou jusqu’à ce qu’il atteigne 32 cm, elles sont surnommées les femmes girafes.

Dans certains pays d’Afrique, comme en Cote d’ivoire par exemple, leslasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture hommes ont une préférence pour les femmes pleines de rondeurs, avec une forte poitrine. Le fessier est aussi un canon de beauté très déterminant dans les canons originels de la beauté africaine. Là-bas les critères de beauté sont propres à chaque ethnie, ainsi toutes les Africaines ne se ressemblent pas : au Soudan, les Nuba se voilent le corps de cendres et d’ocre ; en Ethiopie, certaines tribus se peignent le corps avec de la craie mélangée à l’eau, traçant des motifs particuliers.

lasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-cultureAu Tchad, les femmes Sara se percent les lèvres dès l’enfance jusqu’à ce que l’espace soit assez grand pour y insérer un plateau ce qui leur déforme complètement la bouche. Du Nigerialasultane- magazine- La Sultane- Mag- Lasultanemag-sultanemag-beauté-culture au Soudan, en passant par le Congo et le Burkina – Faso, les scarifications, une pratique consistant à effectuer une incision superficielle de la peau humaine avec des lames, sont portées fièrement par les femmes. Ces scarifications s’expriment différemment : pour raconter l’appartenance à une tribu, le statut au sein du groupe ainsi que la beauté du corps.

Au Niger, les Femmes corpulentes avec des formes sont encore appréciées : elles sont loin de se priver de nourriture. Leur forte corpulence étant signe de santé et de bien être.  La femme maigre quant à elle est considérée comme pauvre, maltraitée, ou  même malade. Dans plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest des concours de Miss beauté  sont organisés pour récompenser les femmes fortes et corpulentes.

 

Commentaires