Spread the love

English version right here

Monsieur Trump,

Vous êtes le 45e président des Etats-Unis. Riche homme d’affaire, le grand public vous a suivi à la télévision à travers un programme de télé-réalité. Je ne connais pas beaucoup de choses. Je ne suis pas une spécialiste de la politique internationale. Je suis une simple citoyenne maghrébine. Je me souviens que dans ma jeunesse, nous regardions les Etats-Unis avec admiration. C’est certainement dû au talent de ses diplomates et à l’intelligence de la mise en place de leur image. J’ai grandi à une époque où le rêve américain existait encore et il inspirait le monde. Aujourd’hui, non seulement ce rêve est mort. Mais ce pays que nous admirions de loin, dans notre tiers monde, est en pleine décadence. Aujourd’hui, on regarde dans d’autres directions : l’Allemagne d’Angela Merkell ou le Canada de Justin Trudeau et même le président ghanéen Nana Addo Dankwa Akufo-Addo avec son discours magistral face à son homologue français Emmanuel Macron. Des leaders politiques qui avancent au sommet, prudemment, en faisant preuve de tempérance, en veillant au bien-être de leurs pays. Et si vous suiviez leur exemple ?

Difficile d’oublier le discours de l’ambassadrice américaine Nikki Haley devant le conseil de sécurité à l’ONU, faisant suite à cette déclaration où vous reconnaissez Jérusalem en tant que capitale d’Israël et décidez d’y transférer l’ambassade américaine. Dites moi Monsieur Trump, êtes-vous président des Etats-Unis d’Amérique ou vous prenez-vous pour un empereur parti à la conquête du monde en balayant sur votre passage tous ceux qui ne sont pas d’accord avec vous ? Cette décision, fait certes écho à une promesse électorale.

“En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi.” (Franklin Delano Roosevelt, 32e président des Etats-Unis d’Amérique).

Vous avez nommé Jared Kushner, votre gendre (époux d’Ivanka) au poste de Haut conseiller du président des Etats-Unis, sans tenir compte des conflits d’intérêts évidents qui en découlent. Ce n’est un secret pour personne. Votre gendre monsieur Kushner siégeait, avec ses parents, à la tête de leur fondation qui levait des fonds (un montant de 325,860 $) au profit de l’organisation Friends of the Israeli Defence Forces (FIDF), une association qui collecte des dons au bénéfice de l’armée israélienne. Entre 2011 et 2013, la Fondation Kushner a effectué des dons de 58,500 $ à des yechivas de colonies israéliennes, apportant notamment 38,000 $ aux American Friends of Beit El, une colonie réputée pour son opposition radicale au processus de paix entre Israël et la Palestine.

Monsieur Trump, êtes-vous certain d’être impartial et de prendre les meilleures décisions ? La Shoah et l’holocauste justifient-ils les comportements abusifs de l’armée israélienne, les colonisations intensives au mépris de tous les traités internationaux, sans tenir compte des droits de l’Homme ?

La Palestine restera toujours la terre légitime des palestiniens, ne vous en déplaise Monsieur Trump. Nous qui habitons le monde arabe, nous sommes pour la paix. Nous aspirons à un monde meilleur, plus juste, pacifique, équitable.

Je vis dans un pays dont l’émancipation de la femme est un combat quotidien qui se remporte tous les jours. Nos femmes se battent pour leurs droits, pour une Tunisie meilleure. Parce que nos femmes, solidaires entre elles, quels que soient leurs niveaux sont les véritables garantes de notre avenir et le premier bouclier contre l’intégrisme rampant qui menace de nous renvoyer au moyen âge. À nos côtés se dressent nos lions. Savez-vous, monsieur Trump, qui sont ces lions ? Il s’agit de ces hommes qui sacrifient chaque instant, chaque minute de leur vie pour protéger notre pays. Ils appartiennent aux forces de l’ordre, à la garde nationale, aux corps de l’armée. Ils font front commun contre les obscurantistes et les intégristes avec force et courage et bien peu de moyens à leur disposition. Leur vaillance n’a d’égale que leur détermination et leur bravoure nous anime et nous inspire. Certains d’entre eux ont donné leurs vies pour notre sécurité et celle de nos enfants. Ils étaient déterminés à nous protéger et ont payé cette volonté au prix fort : celui de leurs vies. Paix à eux et à la pureté de leurs âmes. Ils ont tous beaucoup de mérite et ils méritent tout notre respect.

Je n’ai pas fait de grandes études. Mon père n’avait pas de fortune à me léguer. Mais l’éducation que j’ai reçue m’a permis de comprendre que la sagesse était une vertu qui ne s’apprend pas à l’école et ne s’achète pas.

Et comme l’a si bien dit l’honorable président Georges Washington “Un pouvoir arbitraire est très facilement établi sur les ruines d’une liberté malmenée par le désordre.”

Sur ce, je vous laisse, monsieur Trump à votre conscience.

Vive la Palestine Libre!

N. J. M.

 

Commentaires