Spread the love

Gabès est la seule oasis littorale de Méditerranée, entourée de plages de sable fin.  Sa vaste palmeraie est un véritable enchantement, et sa vieille ville se distingue par son atmosphère authentique. Mais Gabès est surtout la porte d’entrée vers le Sahara ; début d’un voyage entre crêtes et collines arides, tentes bédouines et vieux villages berbères. On y découvre des traditions vivantes et des modes de vie ancestraux, comme l’étonnant village troglodyte du mont Matmata.

Gabès- La Sultane magazine- LaSultanemag- Sultanemag

A Gabès commence l’aventure du tourisme saharien. Son musée des arts et traditions populaires vous initiera aux multiples costumes, tissages, tapis et bijoux caractéristiques de la région. Dans les villages des environs, vous apprendrez à connaître les habitations troglodytes et les méthodes d’agriculture en milieu aride. Vous verrez les femmes fabriquer de magnifiques tentures sur des métiers à tisser rudimentaires. Vous vous initierez à la culture berbère : le petit musée de Tamezret vous en racontera les symboles, les traditions et l’histoire de la reine berbère Kahena. La région, vallonnée, se prête bien à la randonnée à pied. Fans de la saga Star Wars, sachez que certaines scènes ont été tournées à Matmata. Passionnés d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, le musée de Mareth conserve le souvenir de la ligne de fortifications construite par les Français puis occupée par le maréchal Rommel. Ornithologues amateurs, le golfe de Gabès est un des plus grands sites d’hivernage d’oiseaux d’eau en Méditerranée.

Grande ville côtière, Gabès vous proposera des poissons et fruits de mer cuisinés de diverses manières : rouget grillé, calamars farcis, roussette en ragoût de légumes macérés au sel, ou petits poissons ouzef en salade de poivrons. L’agneau des éleveurs nomades tient aussi une grande place dans la cuisine du sud. Dégustez-le rôti ou en couscous. Si vous séjournez à Gabès en automne, profitez-en pour déguster des grenades de l’oasis. Les restaurants touristiques étant rares dans la région de Gabès, vous pourrez vous restaurer dans les hôtels. Sinon, optez pour les petits restaurants qui servent une cuisine simple et typique, mais généralement pas d’alcool.

Gabès 1- La Sultane magazine- LaSultanemag- Sultanemag

Si le métier à tisser tient une place de choix dans les maisons des villages du sud, c’est du au fait que les villageoises en tirent de multiples ouvrages destinés à tous les usages du quotidien. Les mergoums et les klims sont les tapis ras qui isolent le sol ; les couvertures tapissent les murs et recouvrent les lits ; les coussins tiennent lieu de mobilier. Leurs couleurs chaudes sont tirées de pigments végétaux : rouge vif, bleu nuit, brun, oranger … Les plus simples arborent des rayures vivement colorées ; les plus beaux sont entièrement couverts de motifs géométriques : losanges, chevrons, symboles et petits animaux stylisés, selon un répertoire traditionnel riche de significations. Les villageoises tissent encore de grandes pièces de laine, qui deviennent des vêtements drapés pour les hommes comme pour les femmes et de petits voiles qu’elles posent sur leur tête pour sortir de chez elles, les bakhnoug. Ces fines pièces de laine, rouges pour les jeunes femmes, noires pour les plus âgées, sont ornées de délicats motifs tissés en blanc.

Gabès 3- La Sultane magazine- LaSultanemag- Sultanemag

 

Commentaires