Business

Création d’emplois et accompagnement à la réinsertion professionnelle

Spread the love

Le Projet « Création d’emplois et accompagnement à la réinsertion professionnelle en complétant les dispositifs de l’Etat » constitue une composante du Programme d’Appui au Développement des Zones Défavorisées (AZD) financé par la Commission Européenne (CE).

Evaluation du projet « Création d’emplois et accompagnement à la réinsertion professionnelle en complétant les dispositifs de l’Etat »

Il contribue à l’objectif global du programme AZD qui consiste à favoriser la transition démocratique en Tunisie à travers la réduction des inégalités sociales et des disparités régionales dans les zones défavorisées.

Le projet a été lancé au lendemain de la révolution de 2011 dans une conjoncture économique, sociale et politique difficile. Son intervention cible cinq gouvernorats défavorisés de l’intérieur du pays, à savoir : Siliana, Le Kef, Kasserine, Sidi Bouzid, et Gafsa.

Plusieurs facteurs communs caractérisent ces régions : l’ampleur de la pauvreté, un chômage élevé, un faible tissu économique local, un enclavement et une insécurité croissante.

Ces constats représentent des défis importants avec lesquels le projet, à travers sa logique d’intervention, a su s’adapter en participant pleinement à une reprise graduelle de la situation économique et sociale dans ces régions et en réduisant notamment les contestations des jeunes.

Les principes de l’intervention du projet sont axés sur trois aspects fondamentaux à savoir la valorisation des ressources locales (humaines, naturelles et matérielles), la formation des acteurs et l’appui à la création des emplois productifs ainsi que l’accroissement des revenus locaux et ceci à travers la mise en œuvre d’infrastructure de base ainsi que l’appui au développement économique local, permettant l’insertion professionnelle des cibles concernées.

Les actions du projet se veulent diversifiées par leur caractère démonstratif en respectant les principes de l’approche tels que la concertation, la mobilisation des acteurs locaux et la valorisation des ressources locales.

Les chantiers démonstratifs en HIMO sont répartis sur 21 sites. Le nombre total de journées de travail direct générées sur les chantiers s’élève à environ 130.000 J/T directe dans la construction des différents projets d’infrastructure (marchés, aménagement des voiries, cités artisanales, unités de transformations), environ 22 000 J/T indirecte dans la fourniture des matériaux de construction (moellons, pavés de roches, dalles et pierre de décoration, cannes,) et près 1000 postes d’emplois induits dont 80% des projets pour des femmes rurales.

Ces postes d’emplois sont générés à travers un appui technique (formation diplômante et un accompagnement adapté), des dotations en équipements de production et un aménagement selon les normes sanitaires des espaces de transformation.

Différents types d’emplois sont créés : commerces réglementaires (dans les deux marchés à Gafsa et Sidi Bouzid), 02 Unités de distillation des PAM, 02 Fromageries artisanales, 02 Unités de transformation des fruits et légumes, 01 périmètre irrigué de 50 Ha, vergers de Kesra sur une superficie de 20 Ha, 20 unités d’élevage de poulets fermiers, 04 groupements d’artisanes (tissage, fibre végétale…).

Le coût global des investissements en infrastructure sont évalués à 7.3 millions de dinars tunisiens dont 2.8 millions de dinars tunisiens comme contribution de la part du Ministère de Développement (financement complémentaire au Programme Régional de Développement et Programme de Développement Intégré) et de l’ODESYPANO.

60% du coût global se traduit par une injection de fond direct au niveau local à travers 50 PMEs locales impliquées, formées sur les fondamentaux de l’approche Haute Intensité en Main d’œuvre (HIMO).Cette approche valorise l’utilisation des substances utiles locales, le développement des PMEs et la formation de la mains d’œuvre non qualifiée dans le cadre des chantiers école d’apprentissage couronnés par des tests professionnels assurés par les centres de formation professionnelle sous tutelle du ministère de l’emploi et de la formation professionnelle.

Le deuxième axe d’intervention du projet touche des activités de développement économique local et d’insertion professionnelle complémentaire au volet infrastructure. Les activités de cet axe répondent à deux principes : la valorisation des productions locales et l’organisation des petits acteurs économiques. Ces activités émanent d’un processus de concertation/dialogue dans le cadre des « forum de développement local » qui regroupent les partenaires publics, privés et la société civile. Ces forums identifient les priorités d’intervention (créneaux porteurs) au niveau local ainsi que les bénéficiaires et assure l’accompagnement des initiatives de création de groupements autour des activités de transformation des produits locaux (fromagerie, unité de distillation, conserverie,). Cet axe a abouti à la formation et à la certification de près de 200 femmes rurales par les Centres de formations professionnelles agricoles et les centres sectoriels spécialisés sur des métiers comme : artisan en distillation des plantes aromatiques et médicinales, fabrication de la confiture, … Ce processus a été appuyé par les services des commissariats régionaux du développement agricole, les directions régionales de l’emploi et les Délégations Régionales de l’Office National de l’Artisanat.

Le volume global de l’investissement pour la création de 06 unités de valorisation des produits locaux (hors aménagement) est évalué à plus de 800 000 milles dinars (équipements, études techniques et expertises) à cela il faut rajouter la contribution des différents services de l’Etat dont principalement le Ministère de l’agriculture (mise à disposition de 04 locaux, subventions, expertises, appui logistique, formations,) et la BNA de Kasserine pour un volume global de 400 000 milles dinars.

D’autres activités cofinancées avec d’autres structures publiques et privés ont été réalisées sur d’autres sites comme l’organisation des sessions de formation sur les métiers agricoles à Regueb ,en collaboration avec le PDI de Regueb, le CFPA de Sidi Bouzid, CRDA de Sidi Bouzid ainsi que les exploitants agricoles (90 jeunes ont été formés),sur la tonte électrique des moutons (60 jeunes ont été formés à Tejerouine, Sidi Aich et Belkhir) et sur la fabrication d’aliment pour bétail ( 40 bénéficiaires à Douar Ousseltia et Ain Babouch en collaboration avec Office d’Elevage et Pâturage de Dahmani).

Le nouveau projet « Initiative Pilote pour un Développement Local Intégré »

Les résultats encourageants de la première phase du projet et l’évolution du contexte national ont suscité un nombre important de demandes, issues d’autres délégations, ou d’autres gouvernorats présentant des conjonctures économiques similaires. L’Union Européenne a fait appel au Bureau International du Travail pour la mise en œuvre d’un nouveau projet IPDLI – BIT/UE (2018-2022) « Initiative Pilote pour un Développement Local Intégré » qui prendra la relève du projet AZD – BIT/UE. Ce nouveau projet est financé par l’Union Européenne et s’intègre dans le cadre de l’appui au processus de décentralisation. Il sera mis en œuvre par le BIT en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires Locales et de l’Environnement.

L’objectif étant de soutenir le processus de décentralisation et de créer une dynamique économique locale génératrice d’emplois décents dans les 12 communes nouvellement créées dans 4 gouvernorats à savoir : Jendouba, Kasserine, Gafsa et Tataouine. En favorisant la concertation entre les différents acteurs locaux, les différentes interventions visent à accompagner les nouvelles équipes communales, à apporter une réponse intégrée fondée sur la valorisation des richesses locales et à la création de PME. Les interventions auront un focus « infrastructure » et se baseront sur la méthodologie HIMO : Haute Intensité en Main d’œuvre associée à des actions de formation professionnelle, développement du secteur privé, l’organisation des petits opérateurs économiques, l’appui à la création de valeur ajoutée locale et le développement de chaine de valeur. Le nouveau projet va appuyer la consolidation des acquis du projet AZD.

 

Commentaires