La boulversante intervention de Suzanne Barakat – La Sultane Mag
Miroir de La Sultane

La boulversante intervention de Suzanne Barakat

Spread the love

Le 10 février 2015, Suzanne Barakat, médecin à San Francisco, reçut une nouvelle qui allait changer le cours de sa vie. Son frère Deah Barakat, son épouse Yusor Mohammad Abu-Salha et la soeur de celle-ci Razan avaient été tués à Chapel Hill, en Caroline du Nord. Et bien que la police ait rapidement classé l’affaire, Barakat comprend parfaitement de quoi il retourne. Il s’agit d’un crime haineux de la part d’un voisin islamophobe. Depuis, Suzanne Barakat se bat pour la non exclusion de “l’autre”. Voici en vidéo son témoignage émouvant.

Suzanne Barakat: L’islamophobie a tué mon frère. Finissons-en avec la haine!

Transcription

0:12 L’année dernière, trois membres de ma famille ont été massacrés dans un crime haineux. Il va sans dire que c’est vraiment difficile pour moi d’être ici aujourd’hui, mais mon frère Deah, son épouse Yusor et sa soeur Razan ne me laissent pas vraiment le choix. J’espère qu’à la fin de cet exposé vous ferez un choix et que vous vous joindrez à moi contre la haine.
0:37 C’est le 27 décembre 2014: le matin de la journée de mariage de mon frère. Il me demande de venir le voir et de peigner ses cheveux en préparation pour sa séance photo de mariage. Un jeune homme âgé de 23 ans, particulièrement fan de Steph Curry,
0:52 (Rire)
0:56 Un garçon américain en école dentaire prêt à conquérir le monde. Quand Deah et Yusor ont eu leur première danse, je vois l’amour dans ses yeux, cette joie réciproque, et je suis submergée par mes émotions. Je vais à l’arrière de la salle et éclate en sanglots. Et au moment où la chanson finit de jouer, il se dirige vers moi et me serre fort dans ses bras.
1:24 Il prend mon visage entre ses mains et me dit: «Suzanne, je suis ce que je suis grâce à toi. Merci pour tout. Je t’aime.”
1:38 Environ un mois plus tard, je suis rentrée chez moi en Caroline du Nord pour une courte visite. Et le dernier soir de mon séjour, j’ai couru à l’étage, dans la chambre de Deah, prendre de ses nouvelles en tant que jeune homme fraîchement marié. Avec un grand sourire d’enfant, il me dit: «Je suis si heureux! Je l’aime. C’est une fille étonnante!” Et elle l’est. À seulement 21 ans, elle avait été acceptée pour rejoindre Deah à l’école dentaire UNC. Elle a partagé son amour du basket-ball. Ils ont commencé leur lune de miel en assistant à un match de leur équipe préférée de la NBA, les LA Lakers.

2:11 (Rire)
2:18 Je n’oublierai jamais ce moment là, assise avec lui – comme il était heureux. Mon petit frère, un enfant obsédé par le basket-ball, était devenu un jeune homme accompli. Il était au top de sa classe à l’écoles de médecine dentaire. Et, avec Yusor et Razan, il a participé à des projets de services communautaires locaux et internationaux dédiés aux sans-abri et aux réfugiés, y compris un voyage de secours dentaire qu’ils prévoyaient pour les réfugiés syriens en Turquie.
2:45 Razan, âgée de 19 ans, a utilisé sa créativité d’étudiante en génie architectural pour servir les personnes qui l’entourent, en faisant des offres de soins pour les sans-abri locaux, entre autres projets. C’est comme ça qu’ils étaient.
3:00 Cette nuit-là, je prends une profonde inspiration et regarde Deah et lui dire: “Je n’ai jamais été aussi fière de toi que je ne le suis en ce moment.” Il me serre bien fort dans ses bras me souhaite bonne nuit. Le lendemain matin je m’en vais sans le réveiller pour retourner à San Francisco. C’était la dernière fois que je le voyais.
3:21 Dix jours plus tard, je suis de garde à l’hôpital général de à San Francisco quand je reçois un nombre vertigineux de messages exprimant des condoléances. Confuse, j’appelle mon père qui m’explique simplement : «Il y a eu une fusillade dans le quartier de Deah à Chapel Hill, c’est bloqué, c’est tout ce que nous savons”. Je raccroche et vais rapidement voir sur Google et je tombe sur l’info: “Trois personnes ont été abattues .” Quelque chose en moi savait. Je m’élançai hors de ma chaise et je perdis connaissance sur le sol de l’hôpital, pleurant.
3:54 Je retourne chez moi. Je marche dans ma maison d’enfance et m’effondre dans les bras de mes parents, en sanglotant. Je cours alors vers la chambre de Deah comme je l’ai fait tant de fois auparavant, à sa recherche, pour trouver un vide qui ne sera jamais comblé.

4:14 Les enquêtes et les rapports d’autopsie ont finalement révélé la séquence des événements. Deah venait de descendre du bus de l’école, Razan qui leur rendait visite pour le dîner, était à la maison avec Yusor. Alors qu’ils commençaient à manger, ils entendirent frapper à la porte. Quand Deah l’a ouvert, leur voisin lui a tiré dessus plusieurs coups. Selon les appels de 911, on entendait les filles crier. L’homme alla dans la cuisine et immobilisa Ysor en lui tirant un seul coup dans la hanche. Il s’approcha d’elle par derrière, pressa le canon de son fusil contre sa tête et, d’une seule balle, déchira son mésencéphale. Il se tourna alors vers Razan, l’abattit d’une seule balle à l’arrière de la tête. En sortant, il a tiré sur Deah une dernière fois – une balle dans la bouche – pour un total de huit balles: deux logées dans la tête, deux dans sa poitrine et le reste dans ses extrémités.
5:20 Deah, Yusor et Razan ont été exécutés dans un endroit qui était censé être en sécurité: leur maison. Pendant des mois, cet homme les avait harcelés: frappant à leur porte, brandissant son fusil à quelques reprises. Son Facebook était rempli de publications anti-religion. Yusor se sentait particulièrement menacée par lui. Un jour, il croisa  Yusor et à sa mère et leur dit qu’il n’aimait pas la façon avec laquelle elles le regardaient. En réponse, la mère de Yusor lui dit d’être gentil avec son voisin, qui, en les connaissant, finira par les voir pour pour qui ils étaient. Je suppose que nous sommes tous devenus si passif devant la haine que nous n’aurions jamais pu imaginer qu’elle se transforme en violence mortelle.
6:04 L’homme qui a assassiné mon frère s’est rendu à la police peu de temps après les meurtres, disant qu’il a exécuté trois enfants, à cause d’une dispute de stationnement. La police a publié une déclaration publique prématurée ce matin-là, faisant écho à ses allégations, sans se soucier de la questionner ou d’enquêter davantage. Il s’avère qu’il n’y avait aucun conflit de stationnement. Il n’y avait pas de disputes. Aucune violation. Mais le mal était déjà fait. Au bout de 24 heures de médias se sont relayés les mots «dispute de stationnement»

6:40 Je m’assois sur le lit de mon frère et me souviens de ce qu’il m’avait dit avec beaucoup d’amour: «Je suis qui je suis grâce à toi.” Ce sont ces mots là qui me poussent à dépasser ma douleur paralysante et parler. Je ne peux pas laisser les morts de ma famille réduits à un flash info à peine évoqué dans les informations locales. Ils ont été assassinés par leur voisin à cause de leur croyance. À cause d’un morceau de tissu qu’elles ont choisi de mettre sur leur tête et parce qu’ils étaient tous visiblement musulmans.
7:12 La rage que j’éprouvais à l’époque était si intense. Je me demandais: si les rôles étaient inversés, si une personne arabe et musulmane de surcroit avait exécuté trois étudiants américains de race blanche, dans leur foyer, comment aurait-on appelé cet acte? On aurait parlé d’attaque terroriste. Quand les hommes blancs commettent des actes de violence aux États-Unis, ce sont des loups seuls, des malades mentaux ou un conflit de stationnement. Je savais que je devais donner la possibilité à ma famille de se faire entendre et je fais la seule chose que je sache faire: J’envoie un message Facebook à tous ceux que je connais dans les médias.
7:52 Quelques heures plus tard, en plein milieu d’une maison chaotique débordant d’amis et de famille, notre voisin Neal vient, s’assoit à côté de mes parents et demande: «Que puis-je faire pour vous?” Neal avait plus de 20 ans d’expérience dans le journalisme, mais il précise qu’il n’est pas là en sa qualité de journaliste, mais comme un voisin qui veut aider. Je lui demande ce qu’il nous conseille de faire, étant donné le nombre de demandes d’entrevues des médias locaux. Il propose d’organiser une conférence de presse dans un centre communautaire local. Même maintenant, je n’ai pas les mots pour le remercier. «Dites-moi juste quand, et je vais avoir toutes les chaînes d’actualités présents», at-il dit.
8:31 Il a fait pour nous ce que nous ne pouvions pas faire pour nous-mêmes en un moment de dévastation. J’ai livré le communiqué de presse, toujours habillée de la même manière que la nuit précédente. Et en moins de 24 heures après les meurtres, je suis sur CNN et interviewée par Anderson Cooper. Le lendemain, les grands journaux – dont le New York Times, Chicago Tribune – ont publié des articles sur Deah, Yusor et Razan, ce qui nous a permis de nous réapproprier l’histoiret et d’attirer l’attention sur la banalisation de la haine contre les musulmans.

9:02 DE nos jours, l’islamophobie est comme une forme socialement acceptée de bigoterie. Il suffit de prendre son mal en patience et de sourire. Supporter les regards désagréables, la crainte palpable à bord d’un avion, les pannes aléatoires dans les aéroports qui se produisent 99 pour cent du temps.
9:21 Ça ne s’arrête pas là. Nous avons des politiciens récoltant des gains politiques et financiers. Ici aux États-Unis, nous avons des candidats à la présidentielle comme Donald Trump, appelant à l’inscription et au recensement des musulmans américains et interdisant les immigrants musulmans et les réfugiés d’entrer dans ce pays. Ce n’est pas un hasard si les crimes motivés par la haine se multiplient parallèlement aux éléctions.
9 h 45 Quelques mois en arrière, Khalid Jabara, un chrétien libanais-américain, a été assassiné en Oklahoma par son voisin – un homme qui le qualifiait de “sale arabe”. Cet homme-là avait fait à peine 8 mois de prison pour avoir tenté de renversé la mère de Khalid avec sa voiture. Vous n’avez probablement jamais entendu parlé de l’histoire de Khalid, parce qu’il n’a pas fait la couverture des informations nationales. Le moins que nous puissions faire, c’est d’appeler les choses par leurs noms c’est: un crime haineux. Le moins que nous puissions faire, c’est en parler, parce que la violence et la haine ne se produisent pas dans le vide.
10:22 Peu de temps après mon retour au travail, je fais ma tournée à l’hôpital, quand une de mes patients regarde ma collègue, gesticule autour de son visage et dit «San Bernardino», faisant référence à une récente attaque terroriste. Je venais de perdre trois membres de ma famille à cause de l’islamophobie, et pourtant autour de moi mes collègues se taisent. J’étais découragée. Humilié.
10:50 Quelques jours plus tard, la même patiente se tourne vers moi et me dit: «Votre peuple tue des gens à Los Angeles”. Je regarde autour de nous avec espoir. Encore une fois: le silence. Je me rends compte qu’encore une fois, je dois me défendre toute seule. Je m’assieds sur son lit et lui demande doucement: «Ai-je jamais fait autre chose que de vous traiter avec respect et bonté? Ai-je fait autre chose que de vous accorder mon attention compatissante?” Elle baisse les yeux et réalise que ce qu’elle a dit était faux, et devant toute l’équipe, elle s’excuse et dit: «Je devrais savoir mieux, je suis mexicain-américain, je reçois ce genre de traitement tout le temps.”

11:34 Nous sommes nombreux à vivre quotidiennement des micro-agressions. Nous avons tous été dans des situations où nous avons assisté à quelque chose de mal sans parler. Peut-être que nous n’avions pas les outils nécessaires pour réagir à ce moment-là. Peut-être que nous n’étions même pas conscients de notre propres complicité implicite. Nous pouvons tous convenir que la bigoterie est inacceptable. Mais quand cela se produit devant nos yeux, nous nous taisons, parce que cela nous rend mal à l’aise.
12:06 Mais entrer directement dans cet inconfort signifie que vous êtes également que vous prenez la décision qu’il faut. Il y a plus de trois millions de musulmans en Amérique. Cela ne représente même pas 1% de la population totale. Martin Luther King a dit un jour: «En fin de compte, nous ne nous souviendrons pas des mots de nos ennemis, mais du silence de nos amis.
12:32 Alors, qu’est-ce qui a rendu l’assistance de mon voisin Neal si profonde? Un certain nombre de choses. Il était là comme un voisin qui compatissait, mais il apportait aussi son expertise et ses ressources professionnelles quand la situation l’exigeait. D’autres ont fait de même. Larycia Hawkins en tant que premier professeur afro-américain titulaire à Wheaton College a porté un hijab en solidarité avec les femmes musulmanes qui font face à la discrimination tous les jours. Par conséquences, elle a perdu son travail. En un mois, elle a rejoint l’Université de Virginie, où elle travaille maintenant sur le pluralisme, la race, la foi et la culture.
13:11 Le cofondateur de Reddit, Alexis Ohanian, prouve que le soutien d’une cause ne se fait pas forcément de manière sévère. Son soutien s’est manifesté lorsqu’il a encouragé une jeune fille de 15 à introduire un emoji de hijab.
13:23 (Rire)
13:25 C’est un geste simple, mais il a des répercussions importantes sur la normalisation et l’humanisation des musulmans. La rédactrice en chef du magazine Women’s Running vient de mettre en première couverture d’un magazine de fitness américain, une femme portant le hijab.Ces sont là des exemples très différents de personnes qui participent activement et en fonction des ressources dont ils disposent à lutter contre cette haine.
13:56 Quelles sont les ressources et les compétence que vous apportez? Êtes-vous prêts à vous opposer à cette bigoterie haineuse, à cette islamophobie? Serez-vous Neal?
14:08 Autour de vous,, dans vos communautés respectives, vous avez tous un voisin musulman, un collègue ou un ami avec lequel votre enfant joue à l’école. Allez vers eux. Faites-leur savoir que vous les soutenez. Cela peut vous sembler insignifiant, mais je vous promets que cela fait une différence.
14:28 Rien ne rapportera jamais Deah, Yusor et Razan. Mais lorsque nous élevons collectivement nos voix nous pouvons mettre fin à la haine.

 

Commentaires