Comment arrêter d’acheter des vêtements qu’on ne met jamais ? – La Sultane Mag
Fashion

Comment arrêter d’acheter des vêtements qu’on ne met jamais ?

Spread the love

Une accumulation de pièces textiles plus ou moins ordonnée en somme qui, en dépit du bon sens et de leur fonctionnalité première, reste le plus clair du temps planquée dans cet espace clos au lieu d’être tout bonnement portée. Grosso modo, on achète des fringues, on les range… et on ne les porte jamais. Petit guide pour se débarrasser de la monomanie mode la plus communément partagée.

des vêtements 1- La Sultane magazine- LaSultanemag- Sultanemag

  • Faire du shopping sans carte bancaire

Aux grands maux, les grands remèdes. Vous êtes dans l’incapacité physique(et surtout mentale) de ne pas dépenser un demi-SMIC suédois dès que vous foulez l’entrée d’un Zara ? Alors n’y allez seulement si vous êtes dépourvue de tout moyen de paiement, chèque en bois compris. Si une pièce vous plaît vraiment (mais alors vraiment) beaucoup et que vous pouvez jurer sur la tête de Garance Doré que vous la porterez de façon effective, alors rien ne vous empêche de faire un bref aller/retour au domicile conjugal et vous emparez du précieux Graal nommé CB. Si la flemme s’empare de votre corps, c’est que cette petite robe lamée n’en vaut pas le coup.

  • Limiter les achats en ligne

Rien de pire que zieuter du bout de son trackpad les allées digitales d’Asos ou Net-à-Porter. Tout y est beau, tout y est millimétré : les vêtements parfaitement shootés sont portés par des filles parfaitement photoshopées et les quelques chiffres qui s’affichent entre les mots “panier” et “euros” nous semblent complètement déconnectés de toute potentielle réalité bancaire.Trois semaines plus tard et quelques galères en Point Relay plus tard, on se retrouve avec un colis minuscule d’une fringue dont on avait non seulement oubliée l’existence mais qui, de surcroît, ne ressemble en rien à la photo (non contractuelle) du site visité. Un mirage modeux en somme qui a le don de stimuler toute la dimension irrationnelle de cette partie de notre corps que l’on nomme communément cerveau  et qu’on doit, par conséquent, éviter d’approcher de trop près.

  • Passer l’épreuve de l’essayage

Le mal est fait : vous avez succombé à l’appel magnétique du jean patchwork, des mules dorées ou encore du blouson à paillettes. En lieu et place d’une session d’auto-flagellation, on procède à une séance d’essayages en bonne et due forme, chez soi, au calme, avec l’intégralité de son vestiaire à disposition.Le but ? Trouver au moins une tenue intégrant l’une des pièces litigieuses. En cas d’échec de l’exercice, on se résout à la ramener en boutique, moyennant échange ou remboursement. Ne mentez pas, on le sait : aucune enseigne ne vous obligera à la garder.

  • Cesser de se mentir

Derrière cette injonction laconique qu’on placerait a priori moins dans un article mode qu’un sujet psycho, se cache en réalité une volonté de vous guider vers certains principes de réalisme. Autrement dit, dans une situation d’achat compulsif, balayez rapidement votre tenue et accessoirement celles des jours précédents et estimez, avec clairvoyance et honnêteté, si oui ou non, le vêtement que vous tenez en main a un quelconque rapport stylistique avec ces dites-tenues. L’idée ? Plus il sera en phase avec votre style, plus il aura de chances de ne pas mourir en haut de l’étagère avec l’étiquette encore accrochée. Une technique simple mais qui exige énormément de rationalité, une qualité rarement stimulée dans une boutique de prêt-à-porter.

  • Sauter le pas

Comme le disait si bien Lao Tseu, “un voyage de mille lieues commencent toujours par un premier pas”. Autrement dit pour commencer une histoire d’amour avec votre tout nouvel achat, il vous faut arracher l’étiquette, jeter le ticket de caisse et le porter sans hésiter, de préférence dans la semaine qui suit. La glace rompue, les préjugés disparus, il sera plus qu’aisé de porter cette combinaison de motard ou ce palazzo rose. Tout est question de volonté.

des vêtements 2- La Sultane magazine- LaSultanemag- Sultanemag

Commentaires