Toi, ton monde et les autres

3 étapes pour vos défenses contre le stress

Spread the love

Le stress fait partie intégralement de la vie quotidienne. Chacun subit ce phénomène à une ou plusieurs échelle(s). Il peut être relatif à différentes situations quelles soient familiales, financières, professionnelles ou le tout en même temps. À long terme, le stress peut avoir des répercussions plus ou moins graves sur l’individu pouvant même le mener à un état dépressif prolongé. Combattre le stress, n’est peut être pas chose facile, mais c’est une chose faisable. Nous vous suggérons de suivre les 3 étapes suivantes afin de vous permettre de remédier à ce problème.

1/ Connaître les choses qui fonctionnent pour vous

Afin d’initier votre quête vous devez vous connaître vous-même. Entamer une petite recherche personnelle et voir les différentes petites choses qui vous permettent de vous sentir mieux, de vous soulager.

Généralement, la nourriture est le premier moyen de défoulement. Ceci est plus répondu chez les femmes. Une consommation élevée de chocolat leur permet de connaitre un petit moment de bien être.

Le souci avec ce petit stratagème, c’est que la consommation de la « drogue » choisie est suivi par un sentiment de culpabilité. La personne se retrouve de nouveau au même point de départ.

REMARQUE : la consommation de chocolat n’est pas une mauvaise chose. Il contient du magnésium qui est en soi un antidépresseur, anti –

stress. Il facilite la transmission de l’in- flux nerveux et permet le relâchement musculaire. Les personnes dont le foie est fragile devraient cependant le consommer avec modération.

Alors, au lieu d’avoir recours au chocolat, nous vous proposons de diversifier vos menus en incluant des aliments riches en magnésium et qui seront répartis sur les trois repas journaliers. Vous pouvez dans ce cas assurer votre apport en magnésium sans pour autant augmenter votre poids.

Une cure interne, par l’alimentation, n’est pas suffisante à elle seule. Son effet ne dépasse pas le court terme. Nous pouvons d’ailleurs citer d’autres méthodes dont l’efficacité est réduite à savoir :

Boire de l’alcool, fumer, manger, faire du shopping, regarder la télé, jouer à des jeux vidéo. Selon des études récentes de l’APA, leur efficacité ne dépasserait pas les 2 heures.

A la lumière de ce que nous venons de voir, la pratique du sport devient vive- ment conseillée. Faire de la méditation ou du yoga, effectuer des promenades à pied. On peut aussi se mettre à la lecture, écouter une musique apaisante, effectuer une activité qui demande de la créativité et de l’imagination. Ces dernières suggestions sont celles qui ont connu le plus de succès auprès de sujets affectés par un haut niveau de stress et dont l’efficacité dure plusieurs jours.

Idéalement, une bonne hygiène alimentaire associée à une activité cathartique sont de bons procédés permettant de combattre le stress.

2/ La sensation de contrôle

Selon les différentes situations aux- quelles nous devons faire face, notre taux de stress fluctue selon le niveau de contrôle que nous avons sur la dite situation. Plus les choses nous échappent, plus nous ressentons la pression du stress.

Il est donc important de comprendre la situation et de nous assurer que nous la contrôlons.

Même si les choses ne sont pas aussi faciles qu’elles ne le paraissent, se ré- péter que « tout va bien, tout est sous contrôle », comme s’il s’agissait d’un mantra, Peuvent effectivement nous aider à reprendre les choses en main. Ces mantras, ont l’effet de messages subliminaux que nous nous auto- suggérons. Ils peuvent avoir des ré- percussions positives sur la manière avec laquelle nous entamons nos dé- marches et nous gérons les situations.

Steve Maier de l’Université de Boulder, au Colorado, affirme que le degré de contrôle exercé sur la chose stressante, détermine le fonctionnement de l’organisme face à la situation.

Les expériences qu’il a mené indiquent que seuls les facteurs de stress incontrôlables provoquent des effets nuisibles. Le stress inévitable et incontrôlable peut être destructeur. La même contrainte, si elle est vécue de manière

plus contrôlée, sentie comme évitable, est de manière significative, moins destructrice. Les scientifiques considèrent que la perception de contrôle sur un facteur de stress modifie l’impact du stress.

L’impact du stress peut donc être différent selon la manière avec laquelle nous le vivons. En tentant de relativiser la situation, de la comprendre, nous avons la possibilité de contrôler l’envergure des conséquences dues à la situation en question. En conséquence, cela permet de contrôler les éventuels effets du stress sur notre organisme et sur le bon déroulement des tâches en rapport avec la situation.

Il est important aussi d’être convaincu de la carrière professionnelle que nous choisissons. En effet nous passons les 2/3 de notre vie à travailler. Si nous ne faisons pas quelque chose que nous aimons, que nous maitrisons, que nous contrôlons, nous augmentons l’impact que peut avoir le stress sur notre vie. Au prix d’un plus grand nombre d’heures de travail et moins d’argent, de plus en plus d’individus choisissent de devenir des entrepreneurs. Cela leur permet d’avoir la possibilité d’être leurs propres chefs, de prendre leurs propres décisions, en somme, d’être « in control ».

3/ Vous avez tout de même besoin d’un niveau minimum de stress pour devenir meilleur(e)

Les gens n’aiment pas s’ennuyer, surtout au travail, là où ils passent la plupart de leurs journées. Des jour- nées sans challenge, sont considérées comme des journées perdues. D’un autre côté des périodes caractérisées par une grande charge de travail avec des délais courts de réalisation sont néfastes car elles augmentent les facteurs de stress et amplifient l’impact de ce dernier.

Il faudrait trouver un juste milieu qui nous permettent de rester aux aguets sans pour autant nous épuiser physiquement et psychologiquement. Il serait possible de prévoir un calendrier alternant les deux types de période en intégrant une troisième période, celle de la récupération.

Dans son livre The Art of Learning, Josh Waitzkin traite des éléments clés que les athlètes pro comme Michael Jordan utilisent. Il s’agit de la relaxation spontanée.

«… Une des caractéristiques les plus révélatrices d’un athlète performant est l’utilisation systématique de périodes de récupération.»

Il ne s’agit pas de trait de caractère ou d’être un guru Zen, il s’agit de savoir s’autogérer afin de ne pas s’autodétruire.

Savoir se ménager et se donner le temps de récupérer sont des atouts fondamentaux nous permettant de reprendre nos forces et nos esprits, de se détacher de la situation stressante et nous permettre même d’avoir de nouvelles approches au moment de la reprise.

Parfois vous avez besoin lors de ces petits breaks, d’un coup de pouce. Pour cela, il existe une méthode très simple : regarder la vidéo d’un animal mignon !

Cette approche étudiée par Deborah Wells permet pourtant de diminuer la pression artérielle et de stabiliser les battements du cœur en l’espace de quelques minutes.

C’est tout simple, c’est tout bête mais c’est efficace !

Références

The Willpower Instinct: How Self- Control Works, Why It Matters, and What You Can Do To Get More of It de Kelly McGonigal

Your Brain at Work: Strategies for Overcoming Distraction, Regaining Focus, and Working Smarter All Day Long de David Rock

The Progress Principle: Using Small Wins to Ignite Joy, Engagement, and Creativity at Work de Teresa Amabille

The Art of learning de Josh Waitzkin • 59 Seconds : Change Your Life in Under a Minute de Richard Wiseman[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Commentaires